De Tarifa à Chaouen

 

Tout au bout de l’Andalousie, là où se rencontre la Méditerranée  et l’océan Atlantique, se trouve Tarifa. Un petite ville  connue pour ses plages au sable fin mais surtout pour ce vent qui souffle sans arrêt. Le paradis pour les amateurs de planche à voile et des surfeurs.

Tarifa, comme partout en Andalousie, garde les vestiges de l’occupation arabe. Le château de Guzman, construit au dixième siècle  par le califat, se dessine à l’horizon avec ses murailles qui délimitent la vielle ville. Je vous conseille de vous promener dans ses rues étroites  et sinueuses à la recherche de la chapelle de Santiago, du Couvent de San Francisco ou des églises de Santa María et de San Mateo.

Par contre, si vous êtes ici pour tater votre sens de l’équilibre, Tarifa possède de nombreuses écoles qui vous initieront au surf, kitesurf  ou windsurf. Pas facile de rester debout sur une planche et de se laisser porter par les vagues mais l’important c’est de ne pas se décourager. Tout effort mérite une récompense: une table vous attend dans un de ses nombreux restaurants  et savourez un plat  de poissons grillés, un calamar à la planche ou bien des palourdes cuites au vin blanc .Tout est fait ici pour rendre les touristes heureux aussi bien en été qu’en hiver.

 

Assise sur un parapet, je contemplais l’autre rivage, les côtes marocaines. Si proche à 11km seulement de Tarifa. Une idée surgit immédiatement dans ma tête : pourquoi ne pas prendre le ferry et me plonger, pendant quelques jours, dans la culture et l’histoire marocaine?

carte-maroc-2013-haut

J’ai rencontré, à l’aube, mes compagnons de voyage. Trente espagnols dans un autobus et moi, la seule canadienne avions choisi,comme itinéraire, le nord du Maroc et ses cités Impériales. Chaouen sera notre premier arrêt. Une ville bleue perché sur la chaîne du Rif, à 600 mètres d’altitude. En fait, elle se trouve sur les pentes de deux monts, Tisouka et Megou, qui entourent la ville comme deux cornes. Tout est contraste ici, le bleu des maisons, les couleurs bariolés des produits sur les étalages, les mosaïques multicolores. Ma première medina :  des odeurs de fruits, de légumes frais, de pain cuit dans le four m’assaillent immédiatement et les différents  épices, cumin, cannelle et gingembre  chatouillent mes narines.

Ses ruelles me mènent vers la place principale, Uta el-Hamman où se trouvent  la Grande Mosquée et la Kasbah. Ici, les habitants ( surtout les hommes ), assis sur les terrasses,  sirotent un thé à la menthe, un café ou  boivent une quelconque boisson gazeuse. Les enfants jouent et les femmes offrent des produits locaux. Voilà. comme je dis souvent « je suis ailleurs  » plongée de plein pied dans un autre monde, tous les sens en éveil.

Plus loin et en contrebas, se trouve la Place Makhzen. Là, vous trouverez un Parador, ou hôtel moderne, dont sa terrasse offre une vue incroyable sur le paysage environnant. Notre visite de Chaouen fut de courte durée, le temps de s’acclimater tranquillement à une nouvelle culture.Nous avons repris la route vers notre prochaine étape, Fez. Un voyage de nuit, sur une route cahoteuse et interminable.

IMG_0860

Publicités

2 réflexions sur “De Tarifa à Chaouen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s